beIN SPORT et le Digital : ITW Laurent de Camas, Directeur Marketing et Développement chez beIN SPORT

Lancée il y a plus d’un an maintenant en France, la chaîne beIN SPORT s’est imposée comme un diffuseur TV majeur d’évènements sportifs. Chaîne payante (11 euros par mois sans engagement), beIN SPORT a également fait une entrée remarquée sur le digital. A l’antenne, l’interaction avec les téléspectateurs est quotidienne, le ton se veut proche et décontracté. Des ingrédients qui sont devenus aujourd’hui des marques de fabrique de la chaîne. Entretien avec Laurent de Camas, Directeur Marketing et développement chez beIN SPORT.

BeIN Sport logo couleur

Pour accompagner le lancement de la chaîne en juin 2012, les dirigeants de beIN SPORT ont très vite utilisé la puissance du digital et des réseaux sociaux. « Ce sont des outils intéressants pour développer la notoriété de la marque beIN SPORT, faire connaitre nos produits, nos contenus, nos services et nos innovations. Twitter nous aide à relayer une actualité chaude. Nous pouvons ainsi faire une annonce sur l’acquisition de nouveaux droits par exemple. Les retweets permettent une viralité intéressante. Sur Facebook, nous sommes plus dans un soutien d’évènements s’étalant sur plusieurs jours » précise Laurent de Camas. Il y a quelques jours, beIN SPORT a dépassé la barre symbolique des 500 000 Fans sur Facebook. Le compte Twitter de la chaîne compte lui plus de 150 000 Followers. Pour mettre en valeur ses programmes et ses contenus, la chaîne beIN SPORT est bien évidemment présente sur YouTube (2 millions de vues) et Dailymotion (3 millions de vues). « Nous avons renforcé les équipes au sens large sur le digital. Un second Community Manager a rejoint l’équipe. Nous avons également recruté des personnes en charge de l’éditorial pour le site beinsport.fr. Nous voulons améliorer, accroître et prolonger l’expérience beIN SPORT au travers du digital. Notre objectif est d’avoir un site internet riche en contenus en utilisant nos forces et nos spécificités. L’antenne reste bien évidemment notre cœur de métier car nous sommes une chaîne par abonnement mais nous voulons améliorer l’expérience par la mise en ligne d’encore plus de contenus, de vidéos sur notre site » ajoute Laurent de Camas. Chaîne payante, beIN SPORT doit ainsi réussir à transformer ses fans et ses followers, prospects potentiels, en abonnés. « C’est en faisant la promotion de nos contenus et la mise en avant de nos programmes que nous arrivons à convaincre un internaute de s’abonner à beIN SPORT. Je rappelle un point important, nous ne gérons pas nos abonnements en direct. L’abonnement se fait sur les supports de nos distributeurs. Concrètement, nous assurons la promotion de notre marque, mais l’abonnement en lui-même ne se fait pas chez nous. Nous ne pouvons pas analyser le ROI dans sa globalité puisque nous ne contrôlons pas le parcours d’abonnement dans son intégralité. Nous sommes là pour faire briller les contenus, donner envie ».

Laurent de Camas beIN SPORT

Laurent de Camas

Point fort de la chaîne et véritable marque de fabrique, beIN SPORT mise énormément sur l’interactivité avec ses téléspectateurs. Un contact bien évidemment facilitée par les réseaux sociaux. « Nous avons la volonté de créer une dynamique communautaire forte. La notion de communauté est importante dans le sport. Nous avons ainsi lancé il y a quelques mois le dispositif #PureLive qui offre la possibilité aux téléspectateurs de regarder un match sans commentaires. Ce sont les twittos qui commentent le match en direct. En moyenne, nous affichons entre 500 et 600 tweets à l’antenne pendant le match. Nous recevons beaucoup de tweets, la publication est modérée ». Un dispositif plutôt innovant et très valorisant pour les fans de foot. « Nous recherchons également à faire interagir les téléspectateurs avec les animateurs présents à l’antenne lors de nos différentes émissions. La plupart des animateurs sont présents et actifs sur Twitter. Ce sont des professionnels qui ont conscience de l’intérêt et de la puissance de ces supports de communication. Vanessa Lemoigne et Thomas Villechaize (animateurs de L’Expresso), Darren Tulett (Lunch Time) ou encore Alexandre Ruiz (Le Club) sont en contact régulier avec nos équipes digitales. La matinale L’Expresso a ainsi une page Facebook qui est gérée par Vanessa et Thomas avec l’aide de nos équipes. »

Grâce à de nombreux partenariats passés avec certains clubs de Ligue 1, la chaîne va également chercher du contenu exclusif, de la coulisse qui plaira aux fans. La semaine dernière, beIN SPORT a ainsi lancé une nouvelle rubrique en équipant certains joueurs du PSG avec la beIN PLAYERS’CAM. L’occasion pour les fans de plonger au cœur d’un session d’entrainement. Grâce à ses partenariats, la chaîne communique également régulièrement via les réseaux sociaux des clubs et est également visible sur les sites internet de ces derniers ou les soirs de matchs. Il y a quelques semaines, la chaîne a également fait l’acquisition du site participatif Carnet Sport (crowdsourcing), rebaptisé beIN SPORT Your Zone. « L’objectif est de développer la communauté en utilisant le participatif. Tout le monde à un avis sur le sport. L’idée est de pouvoir offrir la possibilité de proposer un regard d’expert en plus de celui de nos consultants et journalistes. L’idée est de dire, aux abonnés ou non, « venez dans la communauté, publiez vos articles et nous allons en sélectionner quelques uns qui passeront à l’antenne ». Il faut du temps pour que ça s’installe, en France c’est encore nouveau… Encore une fois, l’objectif est de créer la communauté beIN SPORT et développer un esprit de proximité avec les téléspectateurs. Nous avons nos experts mais chacun peut également participer au développement de beIN SPORT.”

A relire : ITW de Darren Tulett quelques semaines après les JO de Londres 2012.

  Un peu de publicité, oui, mais originale ;-)

Commentaires

Sochi 2014 - La Torche Olympique envoyée dans l'Espace ! (vidéo) Nous avons passé 24h avec Bafétimbi Gomis et PUMA à Lyon !