Interview : Alain Belsoeur (HAC) « L’expérience stade est en elle-même porteuse de fréquentation »

Lors du FOOT EXPO Marrakech 2012 organisé la semaine dernière, nous avons pu rencontrer Alain Belsoeur, le Directeur de la SASP du Havre Athlétic Club. L’occasion de revenir sur le lancement du nouveau Stade Océane, de faire le point sur le dossier Naming et de parler des futurs projets du stade. « Nous avons des poteaux de Football Américain. Si une franchise US est à l’écoute, nous aussi on le sera ! » 

 

Alain Belsoeur, Directeur de la SASP du HAC

 

Cet été, le Havre Athlétic Club a accueilli un nouvel équipementier, a changé de logo et a inauguré son nouveau stade. Où en êtes-vous concernant le dossier naming ?

Alain Belsoeur : Quels sont les stades français aujourd’hui qui ont trouvé un « nameur », à part quelques exceptions. Nos voisins Rouennais avec la Kindarena car le siège de Ferrero France est à Rouen… A Montpellier (Park&Suites Arena) sur des « petites opérations » ou Nice avec le patron d’Allianz qui habite la ville.

 

Il y a Le Mans également qui a obtenu le naming de son stade avec le MMArena…

Alain Belsoeur : Le Mans, il y a deux facteurs. La résidence locale de MMA et le timing. La finalisation de ce contrat a eu lieu en amont du développement de la crise économique. Aujourd’hui nous sommes en plein dans la crise économique.

 

Quels problèmes rencontrez-vous ? 

Alain Belsoeur : En France, nous ne sommes pas habitués à la culture du naming, même si cela existe depuis 1924 aux USA si je ne me trompe pas. Nous il nous faut un bon siècle pour rattraper les Etats-Unis, on va y arriver ! Nous avons également un autre problème. Il faut dire les choses telles qu’elles sont. Le football a une image très floue en France. Aujourd’hui, le football français, Le Havre ou les autres, a un déficit d’images incontestable. Tout le monde est en train d’en prendre conscience. L’image, ce n’est pas seulement un joueur de l’équipe de France qui n’est pas gentil avec un journaliste, c’est bien plus que ça. C’est véritablement la place du sport et du football en l’occurrence dans la société. Cette image nous dessert dans tout les domaines et d’abord dans le domaine économique. Pour ce qui concerne le HAC, nous ne faisons pas exception. Le Havre n’est également pas une ville où les sièges d’entreprises sont légions. Il faut aller au siège régional généralement installé à Rouen ou au siège national à Paris. Nous avons eu des contacts mais je ne vous dirais pas avec qui (rires).

 

A quel montant espérez-vous trouver un « nameur » ?

Alain Belsoeur : Le stade a été baptisé Stade Océane qui est un nom assez neutre. Nous avons une réelle volonté d’associer un « nameur » au stade. Nous sommes sur un tarif normal, à savoir 1 million d’euros  par an sur une période significative. Plus encore aujourd’hui, le stade et sa qualité sont reconnus. C’est véritablement le prix adapté.

 

Le temps qui passe n’est-il pas un inconvénient dans vos recherches ?

Alain Belsoeur : Pendant toute la durée des travaux, nous parlions du projet Grand Stade. Depuis qu’il a été baptisé Stade Océane, ça n’a pas posé de problème. En Allemagne, de nombreux stades ont été rebaptisés avec un autre nom de « nameur » et ça n’a pas posé de problème. Nous concernant, je n’ai pas d’inquiétude parce que ce n’est pas le stade Deschaseaux, connu depuis des générations, qui va changer de nom. Un changement de nom de Deschaseaux aurait surement été plus difficile. Plus généralement, nous voulons montrer que ce Stade Océane est véritablement un totem en entrée de ville et porteur de notoriété de manière très forte.

 

Une éventuelle accession en Ligue 1 peut-elle être un facteur déclencheur pour un « nameur » ?

Alain Belsoeur : L’accession en Ligue 1 peut déclencher quelque chose sur le dossier naming mais ça ne changera pas l’économie du projet. Il y a un prix du marché, il y a un prix du produit. Ce produit est de haute qualité et de haut niveau. Il faut décoreller le sportif de l’économique autant que faire se peut autour des stades. Dans ce domaine, le football français a beaucoup beaucoup beaucoup de travail à faire ! 90% de taux d’occupations des stades en Allemagne que vous soyez premier ou dernier ! Ca c’est significatif. Qu’on ne me dise pas que les allemands ont une autre culture que la notre, ce n’est pas vrai. C’est une autre société, d’accord mais on constate le même phénomène en Angleterre ou aux Etats-Unis:  L’expérience stade est en elle-même porteuse de fréquentation. En France il faut mettre en place les bonnes pratiques. Les conférences du Foot Expo de Marrakech auxquels nous participons aujourd’hui (la semaine dernière) sont là pour présenter les bonnes pratiques. Les professionnels doivent se les approprier. Cela ne veut pas dire qu’il faut bêtement copier ce qui ce fait ailleurs, cela veut dire qu’il faut s’en inspirer afin de se créer une base de réflexion. Au Havre, nous pensons à un nouveau stade depuis plus de 13 ans. Aujourd’hui, ce stade a été conçu et réalisé pour répondre à ces attentes. Maintenant nous allons réaliser dans les faits ce que nous avons élaborer.

 

Comment s’organise la gestion du Stade Océane ?

Alain Belsoeur : Le HAC est un exemple unique en France aujourd’hui. Le stade a été financé uniquement par des fonds publics, mais en amont, nous avions convenu avec la Communauté d’Agglomération que le club en serait l’opérateur. Aujourd’hui nous avons crée une filiale à la SASP Havre Athlétic Club qui gère le stade au quotidien.

 

nous avons des poteaux de Football Américain. Si une franchise US est à l’écoute, nous aussi on le sera !

 

Le Stade Français va jouer au Stade Océane le samedi 20 octobre. Quelles seront les prochains grands évènements sportifs  ?

Alain Belsoeur : Au mois de novembre nous accueillerons un autre match de rugby. Les Barbarians vont venir jouer au mois de novembre contre le Japon. Le Stade Océane accueille également de nombreux séminaires et conférences. Nous allons avoir trois très grands séminaires de grandes entreprises avec 1000 personnes dans le stade. C’est une activité qui s’amorce très bien. Nous avons conçu ce stade pour qu’il accueille différents évènements. C’est un stade multifonctionnel, c’est sa conception initiale. La pelouse elle-même a été choisie, conçue pour être une pelouse naturelle, renforcée pour qu’il y est une compatibilité entre la pratique du football et la pratique du rugby, voir du football américain puisque nous avons des poteaux de Football Américain. Si une franchise US est à l’écoute, nous aussi on le sera !

Laisser un commentaire

L'OM sur Facebook rassemble plus d'1 Fan sur 3 des clubs de L1... 100 000 Followers pour l'Olympique Lyonnais sur le premier réseau...
Fil info - Suivez l'actualité du Marketing Sportif et Sport Business(Lire la suite) Paris 2024 - L’Agence nationale du Sport récupère le dossier des Centres de Préparation des Jeux(Lire la suite) Communiqué - Samba Digital lance Sports Translate !(Lire la suite) Interview - Jo-Wilfried Tsonga, Thierry Ascione et Anthony Lopes (All In Padel Lyon)(Lire la suite) Sponsoring - BYmyCAR nouveau Partenaire Majeur de l'OL Féminin(Lire la suite) Droits TV - Droits TV - La LNR lance son appel d'offres du TOP 14 !(Lire la suite)