Dossier – Comment « Casa Padel » veut s’imposer dans le paysage du Padel en France

 

 

L’année 2018 sera-t-elle celle de « l’explosion » du padel en France ? Depuis quelques années, ce sport qui cartonne en Espagne s’installe peu à peu dans l’hexagone avec le développement de complexes privés.

Il y a quelques mois, le plus grand centre de padel de France a ouvert ses portes en région parisienne à Saint Denis. Avec ses 12 terrains indoor, « Casa Padel » veut offrir une expérience qualitative de la pratique tout en proposant de nombreux services associés comme un espace Fitness, coaching personnel, ostéopathie, massages, Yoga, un espace lounge avec restaurant et bar à tapas ou encore 2 salles de séminaire.

En arrivant sur les lieux de ce complexe à quelques deux millions d’euros mené par 3 associés, vous ne passerez pas à côté de la marque adidas padel, partenaire du complexe.

Le prix d’un terrain de padel varie entre 17 000€ et 30 000€

Pour être rentable, le centre de padel devra bien évidemment obtenir un taux d’occupation élevé de ses courts à toute heure de la journée. Des tarifs heures pleines et heures creuses sont bien évidemment proposés. « Il nous faut une récurrence d’environ 600 à 700 joueurs régulier à l’année, ceux qui vont joueur au moins une fois par semaine. Pour le reste, on table sur plus de 2 000 joueurs moins assidus. Pour communiquer un chiffre d’affaires à venir, c’est prématuré mais quand on regarde les chiffres de nos concurrents en Ile-de-France, on peut multiplier par 2,5 à peu près. » commente Fabien Morane, associé Casa Padel. Pour booster ses recettes, le complexe s’appuiera également sur son restaurant sur lequel repose de « grandes attentes car il n’y a pas d’offres restaurants dans la zone » selon David Carmona, responsable du centre Casa Padel.

A lire aussi : Le premier centre de padel de Zlatan Ibrahimovic va bientôt voir le jour

En choisissant Saint-Denis, les associés ont évidemment recherché une zone de chalandise la plus propice au bon développement du centre. « Nous sommes sur une zone avec de nombreuses entreprises et il n’y a pas d’autres offres de sport dans le quartier » ajoute Fabien Morane. « Nous sommes sur la 2ème zone d’Ile-de-France après La Défense. L’autre attente, c’était d’avoir une population locale joueuse de tennis en étant à proximité de quelques gros clubs et d’avoir une population familiale à la recherche d’activités pour le week-end. ¨Pour les heures creuses, nous avons des étudiants pas trop loin, c’est important de les avoir à portée de main, 2 ou 3 kilomètres maximum. »

« Il faut 6,5 mètres au minimum, c’est la plus grosse problématique. Ici, nous avons entre 7 et 9 mètres. »

Pour implanter un centre de padel indoor « en ville », la plus grande difficulté réside dans les installations en elles-même car la pratique nécessite une hauteur sous plafond importante. « Il faut 6,5 mètres au minimum, c’est la plus grosse problématique. Ici, nous avons entre 7 et 9 mètres. Nous avons pris 3 entrepôts à la suite, c’était une aubaine, le projet de départ n’était pas aussi grand » détaille David Carbona.

Une pratique qui rend accro !

Dérivé du tennis, le padel se joue traditionnellement en 2 contre 2 sur un terrain de 10×20 mètres. Un petit terrain qui favorise les échanges et rend très ludique la pratique. De quoi rendre accro très rapidement l’habitué des sports de raquette comme le novice.

Lors de notre découverte du Casa Padel en fin d’année, nous avons notamment croisé le journaliste de France Télévisions Karim Rissouli ou encore Arnaud Di Pasquale. Ce dernier est tout simplement devenu un pratiquant régulier de padel. « Je joue 3 à 4 fois par semaine » nous explique l’ancien joueur de tennis professionnel et ex-DTN de la Fédération Française de Tennis. « J’ai ramené pas mal de joueurs à Casa Padel, Paul-Henri Mathieu, Arnaud Clément… on se marre ! On joue encore comme des joueurs de tennis, c’est normal. Les premières fois, on pense qu’on joue bien mais on est pas bon du tout (rires)… On veut taper fort, avancer, jouer en volée. Il faut prendre la mesure des vitres et le fait que la balle peut revenir, on se fait piéger lorsqu’on ne finit pas les smashs… C’est extrêmement frustrant car on court après la balle car on a pas les réflexes. Progressivement ça vient et ça devient marrant. Le padel est aussi un jeu de défense, de placement, c’est beaucoup plus tactique que ce que l’on peut penser au départ. Me concernant, je suis dans cette seconde phase, j’essaie de mettre ça en place et j’y pense beaucoup avant m’endormir le soir ! »

On adore ça le Padel avec Di Pasquale, Clément et @phmofficiel 😀🎾 #casapadel #padel #tennis

Une publication partagée par Casa Padel (@casapadel) le

Quelle place pour le padel dans les clubs de tennis ?

Entré dans le giron de la FFT en 2014, le padel est encore peu présent dans les clubs affiliés. Les structures 100% privées ont donc pris semble-t-il une longueur d’avance, mais pour combien de temps ? « Il existe peu de données chiffrées sur la pratique du Padel en France. De la même manière nous estimons que le nombre de courts de Padel en France ne dépasse pas les 500 unités » nous précise Virgile Caillet, Délégué Général de l’UNION sport & cycle. « Selon nos études auprès de la population française, il y a en France plus de 20 000 joueurs de Padel. En revanche le potentiel de cette activité est à mon avis assez phénoménal si l’articulation se fait bien entre les privés, les clubs traditionnels et la FFT ! D’ailleurs les marques ne s’y trompent pas car elles sont nombreuses y compris les marques qui ne font pas de raquettes de tennis, à s’y engouffrer comme Rossignol, Asics, adidas… ».

Il y a moins d’un an, c’est Babolat, partenaire de la FFT, qui a signé un contrat de partenariat de 4 ans concernant le Padel jusqu’en 2020. « Babolat est le parrain de tous les Padel et accompagne la FFT dans le développement de cette nouvelle activité en créant des évènements amateurs et/ou compétitions, en apportant un éclairage sur cette nouveau sport de raquette en communiquant sur les médias FFT et Babolat et en formant les cadres techniques et les enseignants tennis qui souhaite se mettre au padel » nous précise David Gire Directeur Marketing & Commercial France Babolat. Pour ce dernier, le rôle de la FFT est clef pour cette pratique. « La Fédération doit accompagner l’activité et pousser ses clubs affiliés de tennis à construire des terrains ; Avec une meilleure connaissance de la pratique & du business lié à cette activité, le padel peut devenir un relai de croissance pour les clubs avec la location des terrains, le développement d’un nouveau business pour les enseignants, le développement de tournois. » Le padel semble également être un bon moyen de créer une passerelle vers le tennis auprès d’un nouveau public. « Babolat est très investi sur ce nouveau sport de raquette en France mais l’idée est de « monter dans le train » afin d’accompagner cette pratique. En Espagne, premier marché mondial, la filiale espagnole vend autant de raquettes de Padel que de raquettes de Tennis ! » ajoute David Gire.

« Je ne comprends pas comment ce sport n’a pas explosé plus tôt. 90% de mes amis joueurs de tennis ou non adorent ! » Arnaud Di Pasquale

Pour Arnaud Di Pasquale, le padel a sa place dans les clubs de tennis. « Il faut prendre le padel comme complémentaire et ne pas imaginer que ça vienne remplacer quoi que ce soit. Je ne comprends pas comment ce sport n’a pas explosé plus tôt. 90% de mes amis joueurs de tennis ou non adorent ! Si j’étais un grand club de tennis, je ferai beaucoup de courts de padel. Si les courts de tennis ne sont pas tous pris à certains créneau, ça peut valoir le coup de mettre un ou deux terrains et voir comment ça prend, il y a quand même un réel engouement. Je n’encourage pas le padel plutôt que le tennis, attention, mais je pense que c’est plus simple et différent, on ne va pas chercher le même truc. »

Focus sur Johan Bergeron, numéro 1 français

Pratique en plein boom chez les amateurs de sport de raquettes, le padel est également une discipline qui se pratique à haut niveau avec l’organisation d’un circuit mondial avec le World Padel Tour. Les tournois sont nombreux aujourd’hui à proposer des dotations financières aux joueurs et la médiatisation de ce spectacle sportif est en plein boom.

Johan Bergeron, ancien 1/6 au tennis, a tenté depuis peu l’aventure du circuit professionnel du padel. « J’ai commencé le padel il y a maintenant 3 ans et demi grâce a un ami qui a découvert ce sport en arrivant chez Head. Depuis février 2017, j’ai décidé de m’investir a 100% dans le padel en partant vivre à Madrid avec mon partenaire Bastien Blanque. J’ai un budget de 35000€ par an, ce qui comprends tous les frais pour une saison à savoir le logement, les déplacements en tournoi, les entraînements. Mes sponsors (Head, Leclerc Voyages, Poligonale, Blackroll France, Leclerc Rouffiac, Padel Shopping, Toulouse Padel Club et Padel Magazine) m’ont permis de financer mon année 2017 à hauteur d’environ 15000€. En échange je leur offre de la visibilité en tournois mais surtout sur les réseaux sociaux et je participe à des journées de découverte du padel. »

En tournoi, les gains restent encore loin du tennis. Il faut donc multiplier les participations et performer. « En France ce sport en en développement et les prize money ne sont pas énormes. Aujourd’hui le tournoi qui m’a permis de remporter le plus d’argent c’est les tournoi du circuit Head Padel Open où nous avons gagné 300€ chacun. »

Pour les entrepreneurs souhaitant surfer sur la vague du padel et monter des complexes, les années à venir seront décisives. Il y a quelques semaines, le complexe de la région lyonnaise du Padel Central Lyon qui annonçait sa fermeture. Dans quelques jours, un nouveau complexe lancé par la joueuse de tennis Alizé Cornet et son frère Sébastien ouvrira à l’est de Lyon. D’une manière générale, la réussite des complexes privés sera évidemment dépendante de l’arrivée massive (ou pas) de terrains dans les clubs affiliés FFT. Il y aura-t-il de la place pour tous le monde ? Comme dans tous les secteurs, la qualité de l’offre de services et les tarifs départageront les intéressés.

Pour la Casa Padel de Saint-Denis, le complexe servira bien évidemment d’exemple avant un futur développement en propre sur d’autres régions. « L’objectif numéro 1 est de réussir ce complexe. Il y a le padel, c’est le nerf de la guerre, mais il y a aussi les activités connexes comme le restaurant. Nous sommes clairement dans une recherche spécifique d’une offre adapté à la zone » conclu Fabien Morane, associé Casa Padel.

Laisser un commentaire

Livre - La Boucherie Ovalie de retour en librairie avec son "guide... NBA - LeBron James et les Cleveland Cavaliers en tête des ventes...
JO - Les logos des Jeux Olympiques d'été depuis Paris 1924(Lire la suite) Activation - Le FC Grenoble Rugby installe un télésiège en bord pelouse et lance "FCG Esprit Montagne"(Lire la suite) JO - Comment Paris 2024 a dévoilé son nouveau logo ?(Lire la suite) Média - "Basket le Mag" sort un hors-série 100% NBA - "Nous espérons réaliser 15 000 ventes"(Lire la suite) Offre Emploi - Offre Emploi : Surveillant de baignade diplômé - FFT(Lire la suite) Business - Les 40 géants du sport business possédant la plus grande valeur de marque en 2019(Lire la suite)