Interview – Alexandre Paul Demetrius, rédacteur en chef du magazine SURFACE

surface magazine hors série équipe de france féminine football women issue

 

Alors que les Bleues battent des records d’audience à la télévision française à l’occasion de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, le magazine SURFACE consacre son premier Hors-Série aux joueuses de l’Equipe de France. Un « Women Issue » disponible en kiosque au prix de 6,90€.

L’occasion de poser quelques questions à Alexandre Paul Demetrius, le rédacteur en chef de SURFACE.

SportBuzzBusiness.fr : Un Hors-Série dédié à l’équipe féminine, le sport féminin ferait-il vendre ?
Alexandre Paul Demetrius : Quand on se lance dans une aventure comme celle là, on ne doit pas exclure le risque financier. En ce qui nous concerne, l’idée était au départ de maitriser les coups de production en tablant sur l’éventualité d’un faible retour sur investissement. Au final nous avons pu fédérer des annonceurs importants. Nous n’avons pas encore les chiffres des ventes en kiosque mais nous sommes agréablement surpris par le retour que nous pouvons avoir, notamment les ventes que nous faisons sur internet. On peut clairement dire que le sport féminin a un potentiel commercial évident.

SBB : Quelle est la génèse de ce projet ?
APD : L’idée de base était de surfer sur l’actualité de la Coupe du Monde Féminine, en partant du principe que les joueuses de l’Equipe de France seraient sous médiatisées et pas forcément à leur avantage du fait de certains clichés. Au delà de l’aspect purement sportif, l’idée était de montrer quelle pouvait être la féminité de ces athlètes afin qu’on les découvre sous un autre angle. Dans le passé, nous avions déjà consacré nos pages à certaines joueuses, on avait constaté le décalage qu’il y avait entre la réalité et la perception du public. Nous souhaitions mettre en avant les joueuses mais aussi le football féminin.

SBB : Comment est construit ce hors-série ?
APD : Ce hors série s’articule autour de thématiques mode fortes avec des séries photos qui ont été faites aux colonnes de Buren, ainsi qu’au stade de Charlety mais aussi en studio et dans des lieux plus neutres, à Lyon notamment. L’ensemble est accompagné par des interviews et des portraits des joueuses, mais aussi, et surtout des rencontres entre joueuses et femmes qui évoluent dans d’autres univers : les médias, le cinéma ou la mode. Isabelle Ithurburu (journaliste), Amelle Chahbi (comédienne et réalisatrice), Vanessa Le Moigne (journaliste), Eloyse Lesueur (athlète) ou encore Delphine Roche (rédactrice en chef Numéro Magazine) se sont prêtées au jeu et ont respectivement rencontré Laure Boulleau, Kenza Dali, Marie-Laure Delie, Laura Georges et Jessica Houara. Chacune apprend à découvrir l’autre ou partage son expérience dans un milieu à dominante masculine.

SBB : La cible de ce Hors-Sérié est-elle masculine, féminine ou les deux ?
APD : La cible est bien entendu masculine et féminine. Le but de ce magazine est justement de rapprocher les deux sexes autour d’une discipline sportive marquée par le machisme. Après, nous avons favorisé un traitement plus proche de l’univers féminin, ce qui ne veux pas dire que les hommes sont exclus.

SBB : Qui sont les annonceurs de ce numéro ? Un mix entre cible hommes et femmes ?
APD :
Les annonceurs qui ont soutenu ce projet sont en grande partie des annonceurs partenaires de l’Equipe de France de Football ou en lien avec la Coupe du Monde Féminine. La difficulté d’un projet, quand il est novateur ou anticonformiste, c’est qu’il suscite en général une grande frilosité dès qu’il faut le soutenir financièrement. De ce point de vue, on peut dire que Nike a joué sans retenue le jeu de la diversité et du soutien à une idée novatrice. Dommage que les marques françaises nous aient peu suivi. On parle quand même de l’Equipe de France Féminine et de joueuses qui ont une bonne image.

SBB : A combien d’exemplaires est tiré ce hors série ?
APD : Il a été tiré à un peu plus de 20 000 exemplaires avec une partie réservée à nos annonceurs et une autre pour des circuits de distributions spécifiques. Coté kiosques, nous avons changé la répartition habituelle pour profiter du coté féminin et plus qualitatif de ce numéro. Mais si vous avez du mal à le trouver vous pouvez toujours le commander sur notre site.

SBB : Quel est le modèle économique du magazine Surface ? Combien de personnes travaillent dessus ?
APD : Surface est en quelque sorte la vitrine de la société. Dès le lancement de Keep Diggin en 2007 nous avons développé d’autres activités que l’édition : régie publicitaire, production photo et vidéo, événementiel, le tout marqué par le côté sportif. Cela nous permet de réaliser des campagnes publicitaires ou du brand content pour des annonceurs que nous avons en général rencontrés grâce au magazine. En tout, une quinzaine de personnes travaillent autour de Surface et dès la rentrée nous allons lancer différents hors séries à l’image de celui sur le foot féminin afin d’accélérer notre développement.

Kenza_Dali_3_futur_©Vivien_Lavau

Kenza Dali – ©Vivien_Lavau

Laura_Camille_saut

Laura Georges et Camille Abily –  ©Vivien_Lavau

Jessica Houara – ©Delphine Diallo

Laure_Boulleau_1_©Vivien_Lavau

Laure Boulleau – ©Vivien_Lavau

Laisser un commentaire

Le Grand Stade de l'OL accueillera un match de hockey sur glace... Offre de Stage : Customer Operations - Nike France
Paris 2024 : Les affiches officielles en mode « Où est Charlie ? »(Lire la suite) Football - Le Bayern Munich féminin détient enfin son propre maillot(Lire la suite) Interview - Interview : Jean-Claude Blanc, président d'INEOS Sport - Son nouveau métier post PSG(Lire la suite) Offre de Stage - Offre de Stage : Chef de projet sponsoring - Intermarché(Lire la suite) Money - Le prize money et les sponsors du Paris-Nice 2024(Lire la suite) Football - Bombardier devient le partenaire officiel du CF Montréal(Lire la suite)