Nicolas Batum nouvel actionnaire d’Infinity Nine Sports (et donc de l’ASVEL Basket)

Nicolas Batum, Tony Parker et Gaetan Muller (Photo : Asvel Basket)

 

Hier, l’ASVEL Basket a officialisé l’arrivée de Nicolas Batum comme nouvel actionnaire. Dans le détail, l’actuel joueur des Charlotte Hornets entre au capital d’Infinity Nine Sports (à hauteur de 5%), holding de Tony Parker qui détient notamment le club de basket Villeurbannais.

Dans son portefeuille, Infinity Nine Sports chapote également la Tony Parker Adequat Academy ou encore le club du Lyon Basket Féminin. Nicolas Batum devient le 8ème actionnaire de la structure et rejoint le meneur des Spurs, Hervé Legros (Président du groupe Alila), Jacques Gaillard, Bruno Rousset (Président du groupe April), Corey Magette, Michael Finley et Gaetan Muller.

L’Equipe du jour précise que l’apport financier de Nicolas Batum serait de 950 000 euros ventilés sur l’ASVEL, le Lyon Baket Féminin et l’Académie. L’été dernier, le joueur français signait un nouveau contrat avec les Hornets de 120M$ sur 5 ans.

« Nous travaillons dores et déjà sur un plan de développement à cinq ans de l’ASVEL dans son ensemble et Nicolas a souhaité avoir un rôle opérationnel en tant que Directeur des Opérations Basket du club de l’ASVEL, du Lyon Basket ainsi que de la Tony Parker Académy. C’est un rôle qui lui convient parfaitement et il est déjà en action dans ce sens au sein de mon groupe » a précisé Tony Parker dans le communiqué.

« Le but n’est pas que Nico et moi on mette un million d’euros chaque année. Moi je ne remets pas au pot à l’ASVEL, je ne suis pas le Qatar, je ne suis pas un mécène. C’est un business qui tient la route et l’argent de Nico va servir à investir dans l’Académie, améliorer la salle, etc. On ne met pas d’argent dans la masse salariale. »  Tony Parker dans L’Equipe

Toujours dans L’Equipe, le Président de l’ASVEL Basket précise qu’il faudra attendre quelques années pour voir le club passer dans une nouvelle dimension économique et sportive. « On ne pourra jamais monter à trente millions d’euros de budget. Mais si on peut monter à dix,douze, et faire un truc comme Bamberg ou le Bayern de Munich, ce sera déjà bien. Mais ça ne sera pas dès l’année prochaine. Il faut attendre que la nouvelle salle sorte. Là, on est à 7,3 M € de budget, on a augmenté de deux millions depuis qu’on a repris le club en 2014. C’est déjà énorme ! Je pense qu’on arrive à notre capacité maximale dans cette configuration-là. Maintenant, pour pouvoir monter plus haut, il faut la nouvelle salle, il faut être en Euroligue. L’an prochain, on sera dans les mêmes eaux que cette année et ce jusqu’à la sortie de la salle. Le but n’est pas que Nico et moi on mette un million d’euros chaque année. Moi je ne remets pas au pot à l’ASVEL, je ne suis pas le Qatar, je ne suis pas un mécène. C’est un business qui tient la route et l’argent de Nico va servir à investir dans l’Académie, améliorer la salle, etc. On ne met pas d’argent dans la masse salariale. »

Laisser un commentaire

Livre : Les Secrets des All Blacks - 15 leçons de Leadership [On a testé] Dormir à Clairefontaine et vivre 24h au plus près...
Football - Le Bayern Munich féminin détient enfin son propre maillot(Lire la suite) Interview - Interview : Jean-Claude Blanc, président d'INEOS Sport - Son nouveau métier post PSG(Lire la suite) Offre de Stage - Offre de Stage : Chef de projet sponsoring - Intermarché(Lire la suite) Money - Le prize money et les sponsors du Paris-Nice 2024(Lire la suite) Football - Bombardier devient le partenaire officiel du CF Montréal(Lire la suite) Tennis - "The Netflix Slam" : Les sponsors qui seront bien visibles pour le match Nadal - Alcaraz(Lire la suite)