Naming – Comment le PSG compte séduire l’éventuel futur Nameur du Parc des Princes

 

 

Hier, l’actualité d’un éventuel Naming du Parc des Princes est revenue sur le devant de la scène médiatique avec le lancement du site namingpartner.psg.fr relayé par de nombreux médias comme RMC Sport, L’Equipe, Le Parisien ou encore CulturePSG.

Communiqué par le Paris Saint-Germain dans un mailing ciblé à des sponsors potentiels, le site namingpartner.psg.fr  distingue deux offres commerciales avec le Naming du Parc des Princes et le Naming du futur centre d’entraînement. Pour les intéressés, le contact direct mis en avant sur le site (avec email et numéro de portable) n’est autre que Marc Armstrong, le directeur du sponsoring du Paris SG.

Pour valoriser ses deux produits, le PSG dévoile leurs nombreux atouts. Avant de parler football, le PSG met en avant Paris, capitale du monde, symbole de l’art de vivre à la française (food, culture, mode,…). Outre les assets marketing (droits d’images autour du PSG et des joueurs) et la forte visibilité médiatique et digitale inclus dans le package Naming, ce sont bien les atouts intrinsèques de l’enceinte parisienne qui pourraient faire la différence.

Pour accompagner la promotion de son offre aux intéressés, le PSG a réalisé une vidéo commerciale à la gloire du Parc des Princes. « En tant que symbole de la ville, l’extérieur n’a pas changé. Mais le développement à l’intérieur est sans pareil. La réputation du style de vie parisien que l’on y retrouve a fait du Parc l’un des lieux les plus prisés et tendances de Paris. »

« Une hospitalité de classe mondiale au Parc des Princes »

Pour « vendre » le Parc des Princes, le club parisien le positionne comme un stade mythique, monument de la ville qui écoule 1,2 million de billets chaque année et qui accueille plus de 65 000 spectateurs étranger par saison.

Véritable lieu de vie capable de tourner dorénavant tout au long de l’année (foot, musée, visite, concerts, séminaires, …) le Parc des Princes est également aujourd’hui un stade proposant des prestations d’accueil soignées avec une « hospitalité de classe mondiale ».

Le PSG accueille chaque année 135 000 VIP dans ses 64 loges et salons capables d’accueillir jusqu’à 5 200 spectateurs VIP par match. Au total, le club revendique plus de 1300 entreprises présentes dans ces espaces lors de chaque rencontre de Mbappé et ses coéquipiers.

Dans le détail, le Parc des Princes propose par exemple le « SO/Bar », un espace VIP perché sous le toit du Parc des Princes qui offre une prestation gastronomique en continu pour 150 invités.

Pour améliorer son offre VIP « Fan Experience », le PSG propose depuis quelques jours « la Galerie », nouvel espace très haut de gamme proposant une vue directe sur le tunnel d’entrée des joueurs sur la pelouse. Un produit hospitalité que propose également le nouveau stade de Tottenham, qui cherche lui aussi son Nameur.

Dans un futur proche, le PSG proposera également « Le Deck » qui proposera « une nouvelle façon de profiter d’un match grâce à un espace disruptif adapté aux nouveaux usages ».

« The Deck » – PSG / Parc des Princes (illustration)

Autre argument qui peut permettre la conclusion « rapide » d’un contrat de Naming, la perspective de s’associer aux célébrations des 50 ans du PSG au cours de l’année 2020. De nombreux évènements seront organisés au Parc des Princes comme 3 jours de concerts, 5 jours de cinéma plein air, etc.

« La signature d’un contrat de Naming représenterait un gain marginal pour le Club » 

(Christophe Lepetit, Responsable des études économiques au cdes Limoges)

Après avoir renégocié son contrat équipementier avec Nike et trouvé un successeur à Emirates avec ALL sur la face avant du maillot, la cellule commerciale et sponsoring du club peut dorénavant se concentrer sur la vente d’un éventuel Naming du Parc des Princes et du futur centre d’entraînement. Contrairement à une idée reçue, un contrat de Naming n’est pas un eldorado financier et sa commercialisation au juste prix est complexe.

Surtout que dans le dossier du Parc des Princes, le Paris Saint-Germain n’est pas le propriétaire du stade, comme peut l’être l’OL avec son Groupama Stadium (dont le contrat arrive à échéance). Comme le rappelle Le Parisien, le PSG et la Marie de Paris représentée à l’époque par Bertrand Delanoë ont signé une convention en 2013 concernant la concession du stade.  « Cette convention ouvrait la porte au naming, sous plusieurs conditions. La Mairie de Paris garde un droit de regard sur le futur nom du Parc des Princes » écrit le quotidien. « Une fois l’accord trouvé, elle disposera d’un délai de trois mois pour y répondre et pourrait le refuser s’il s’avère contraire à l’ordre public ou aux bonnes moeurs, ou s’il est manifestement inapproprié à l’image de la Ville de Paris. » Peu de chance donc de voir LU s’offrir le Naming du Parc des Princes…

Combien peut espérer récupérer le PSG avec la vente du Naming du Parc des Princes ? C’est LA grande question à laquelle de nombreuses personnes tenteront de répondre dans les semaines à venir. Une récente étude du cabinet américain Duff & Phelps valorisait le Naming du Parc des Princes à 12,7 millions d’euros par an. « Une goutte d’eau » dans le budget du club parisien.

A titre de comparaison et selon Bloomberg, le contrat de Naming le plus lucratif d’une enceinte sportive sera celui signé par SoFi avec le futur stade de Los Angeles (SoFi Stadium) qui accueillera les Rams et les Chargers en NFL. Le montant du contrat est estimé à plus de 30 millions de dollars annuel, soit plus de 600M$ sur 20 ans.

« Dans un business à plus de 600 millions d’euros, la signature d’un contrat de Naming représenterait un gain marginal pour le Club. Ce n’est effectivement pas ce contrat éventuel qui changera la donne pour le PSG » nous précise Christophe Lepetit, Responsable des études économiques au cdes Limoges. « Maintenant, je comprends aussi que le Club, dans sa politique de développement des recettes commerciales, cherche à explorer toutes les pistes. Le Naming en fait donc partie mais le sujet sera certainement sensible à 2 niveaux : la réaction de la ville de Paris qui aura certainement son mot à dire quant au choix du namer retenu, je n’imagine pas un Parc des Princes Airbnb par exemple… L’autre difficulté potentielle est celle d’installer un tel Naming sur un stade qui est une marque puissante, à l’image de ce qu’est le Vélodrome à Marseille. Quid de la reprise et de la mémorisation d’un Naming sur le Parc, sans parler de l’acceptation par les fans. En tout état de cause cela peut intéresser quelques annonceurs puissants en France ou à l’international. »

« Quid de la reprise et de la mémorisation d’un Naming sur le Parc, sans parler de l’acceptation par les fans. »

 

étude 2019

Laisser un commentaire

Le rappeur Roméo Elvis dessine un maillot évènementiel pour... EDF nouveau sponsor de la structure eSport MCES
Droits TV - Vers un accord de sous-licence entre beIN SPORTS et Canal+ pour la Ligue 1 sur 2020-2024(Lire la suite) Football - Nike dévoile la première chaussure signature de Kylian Mbappé(Lire la suite) Activation - Uber Eats lance "La Buvette des Chefs" pour séduire les fans de foot et gastronomie(Lire la suite) Boxe - Anthony Joshua et Andy Ruiz vont se partager 100M$ en Arabie Saoudite(Lire la suite) Offre de Stage - Chargé(e) de Projet "Communication Digitale" - Quarterback(Lire la suite) Distribution - Le Groupe Royer et Everlast signent un nouvel accord de licence(Lire la suite)