Edgar Grospiron : « On ne peux plus faire les JO d’hiver à Albertville mais on peux les faire à Lyon » (podcast « l’After du Sport Business »)

crédit : Edgar Grospiron

 

A l’occasion des Jeux Olympiques d’Hiver de Pékin 2022, l’école Sports Management School a donné la parole à l’ancien champion olympique Edgar Grospiron dans son podcast « l’after du sport business ».

Pendant plus d’une heure, le champion Olympique de ski de bosses aux JO d’Albertville 1992 revient sur son parcours de sportif professionnel et explique sa reconversion en tant que conférencier en motivation.

L’occasion également pour l’intéressé de partager sa vision de l’évènementiel et de commenter l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver à Pékin.

« Neige artificielle ne veut pas dire Jeux artificiels.[…] A Pékin, la ville accueille les épreuves de glace et la montagne accueille les épreuves de neige. A mon avis, de moins en moins de villes de taille moyenne pourront organiser les JO d’hiver car les besoins sont importants, il faut 10 000 chambres d’hotels 4 et 5 étoiles, créer un village olympique, avoir une urbanisation, les équipements… Si on se projette pour une organisation des JO d’hiver en France, on ne peux plus les faire à Albertville mais on peux les faire à Lyon qui est à 2 heures des stations, soit une heure de trajet en plus que depuis Albertville…. Si ça se trouve, la France pourrait le faire aussi avec Paris, tout comme Barcelone pourrait candidater pour les Jeux d’hiver… Milan l’a fait. L’évènement étant de plus en plus important, il doit reposer sur des villes et structures plus importantes.

« Barcelone pourrait candidater pour les Jeux d’hiver »

« Il y a une logique de coûts, si on veut faire les JO d’hiver à Lyon, on ne va pas construire une piste de bobsleigh là-bas mais utiliser celle de La Plagne. On a une logique de réduction des coûts. Soit on va aller plus loin pour trouver un équipement soit on va faire une infrastructure temporaire. »

« La logique du CIO est également de laisser un héritage au pays organisateur, avec des infrastructures mais aussi avec le savoir-faire. Grâce aux JO, des personnes ont appris à organiser des compétitions internationales. Ces pays pourront ensuite organiser des championnats du monde et d’autres compétitions, ça crée une vitalité »

Sports Management School est partenaire de SBB

 

A lire aussi

Interview : Kevin Rolland nous détaille sa vision du sponsoring sportif et sa passion du brand content

JO d’hiver Pékin 2022 – Le montant des primes pour les athlètes français en cas de médaille

Pékin 2022 – Des NFTs à gagner dans le jeu vidéo « Olympic Games Jam »

BON PLAN : Grâce à notre site, bénéficiez de 50€ offerts sur les offres d'abonnement CANAL+ (Canal+, beIN SPORTS, Eurosport...) rendez-vous ici pour en profiter

JO Pékin 2022 – Combien coûte la doudoune de l’Equipe de France Olympique conçue par Le Coq Sportif ?

Laisser un commentaire

Sibel Energie nouveau sponsor du LOSC, visible sur la manche... Le site de résultats sportifs Flashscore s'offre une nouvelle...
Football - Qatar 2022 : "Je suis sûr que nous atteindrons la barre des cinq milliards de téléspectateurs dans le monde"(Lire la suite) Offre de Stage - Communication sport - Com'Over(Lire la suite) Business - La société Fanatics désormais valorisée à quelques 31 milliards de dollars(Lire la suite) Basket - "Kyrie Irving n'est plus un athlète Nike"(Lire la suite) Activation - Paris 2024 - Sanofi dévoile sa team d'athlètes et ambassadeurs(Lire la suite) Activation - Qatar 2022 - La marque de bière Budweiser passe en mode #BringHomeTheBud(Lire la suite)