Interview « Entreprendre dans le sport » : Stéphane Gaultier, co-fondateur de CHAMP’S, application de live streaming 100% sport

Stéphane Gaultier et Thierry Magnien, les fondateurs de CHAMP’S

 

Face à l’éclosion du digital ces 15 dernières années, de nombreuses plateformes tentent de s’imposer sur la diffusion en direct du sport amateur.

Depuis 2022, la société CHAMP’S se positionne sur ce marché du streaming et de l’OTT en proposant aux clubs et aux organisateurs de compétitions de monétiser leur audience.

Pour en savoir plus sur ce projet entrepreneurial, nous avons posé quelques questions à Stéphane Gaultier, co-fondateur de Champ’s.

Sport Buzz Business : Pouvez-vous nous présenter CHAMP’S ?

Stéphane Gaultier : CHAMP’S est une plateforme de diffusion du sport de haut niveau permettant aux clubs et aux organisateurs de compétitions de fédérer et monétiser leur audience.

SBB : Quand avez-vous lancé la société ?

SG : En mars 2022 à la suite de l’appel à projets Bouygues telecom Flowers organisé par xCub.

SBB : Qui se « cache » derrière CHAMP’S ?

SG : CHAMP’S a été lancé par Thierry Magnien et moi-même. Nous avons pour mission d’apporter une expérience innovante aux supporters et de mettre en lumière tous les sports encore trop peu médiatisés. Nous nous connaissons depuis plus de 15 ans. Thierry est le CTO et moi le CEO.

« Mettre en lumière tous les sports encore trop peu médiatisés »

SBB : Quels sont vos parcours ?

SG : Consultant en numérique et innovation au sein d’Edition.fr, j’ai précédemment collaboré à la création de France 5 et développé plusieurs startups dans le domaine du numérique. En 2019, en tant que Président délégué du Pôle Média Grand Paris, j’ai initié le Think Tank Human 2 Sport avec Plaine Commune dans la perspective des Jeux Olympiques de Paris 2024. CHAMP’S, en réunissant en un même projet, les médias, le numérique et le sport, marque le prolongement de la réflexion et la concrétisation de mon expérience entrepreneuriale.

Architecte de plateformes de services depuis plus de 15 ans, Thierry Magnien a acquis une solide expérience de la vidéo sur Internet en participant à la mise en place de la solution de diffusion de la Ligue des Champions sur RMC Sport. Développeur et expert open-source, il a créé le projet EasyNeuf en 2005 et s’implique depuis dans la communauté open-source, principalement autour des logiciels Varnish (membre du Customer Advisory Board) et Nginx. Professeur d’arts martiaux, le sport est un domaine qu’il a à cœur de promouvoir et de soutenir.

SBB : Combien d’associés êtes-vous ?

SG : Nous sommes 3, Thierry et moi-même en tant que fondateurs majoritaires et Bouygues Telecom.

« Le volume du marché à terme est de plusieurs dizaines de millions d’euros »

SBB : Quel est le point de départ de cette création, le constat, les motivations ?

SG : CHAMP’S est né de la réflexion sur la diffusion du sport de haut niveau en France limité sur les médias de masse à quelques disciplines et quelques compétitions internationales. Pourtant, il existe des milliers de compétitions de haut niveau qui sont très fréquemment filmées dans le but de pouvoir les analyser à postériori. De plus, ces compétitions sont aussi génératrices de statistiques. CHAMP’S se propose de permettre aux supporters de vivre en direct les événements de haut niveau en mariant la vidéo et les statistiques en live dans une nouvelle expérience de Fan.

SBB : Un mot sur le développement et la première année de CHAMP’S, comment gère-t-on au quotidien les nouveaux projets, les recrutements pour grandir ?

SG : Notre premier souci a été d’apporter un business model inédit dans un secteur ciblant en premier la vente de droits aux médias et si cela n’est pas possible dans le développement de bouquet OTT payants. Notre première année d’activité a été centrée sur la démonstration que la plateforme CHAMP’S fonctionne (jusqu’à 66 compétitions diffusées en simultané) et que cela peut générer du revenu pour les clubs (85 clubs bénéficiant de revenus la saison dernière). Il y a un temps nécessaire pour faire la preuve que l’approche innovante que l’on propose à un marché s’avère pertinente. C’est ce que nous avons réalisé sur cette première année de diffusion. Le recrutement reste aussi un moyen crucial. Toutefois, grâce à notre bonne dynamique et l’installation d’une marque employeur, nous avons pu constituer une équipe d’une vingtaine de personnes en moins de 18 mois.

SBB : Est-ce une partie de votre métier que vous aimez ?

SG : L’une des missions dans le projet de financement par Bouygues télécom est de mettre en place les fondations d’une structure pouvant accélérer vite une fois le modèle validé. L’expérience des deux fondateurs a été précieuse pour mettre en place immédiatement une organisation scalable avec une véritable politique RH. Il est passionnant de bâtir un projet d’entreprise tout en montant l’équipe.

« CHAMP’S est un support publicitaire apprécié par les annonceurs car très bien perçu par les utilisateurs »

SBB : Comment vous démarquez-vous par rapport à vos concurrents ?

SG : CHAMP’S est sur un modèle participatif gagnant-gagnant avec les clubs et les fédérations. Chacun apporte sa contribution et se retrouve rémunéré proportionnellement à sa contribution. Sur le sport amateur, les deux modèles actuels (bouquet payant opéré par la fédération ou offre opérée par un tiers avec rémunération de la fédération) montrent leur limite. La FFR a retiré le national du bouquet RugbyZone et FUCHSSPORT en N2/N3 de football a déposé le bilan. CHAMP’S ouvre une voie alternative où les fédérations et les clubs peuvent bénéficier d’une solution mutualisée. Le seuil de rentabilité est plus bas et chacun perçoit des revenus. C’est inédit.

SBB : Quel est votre chiffre d’affaires actuel et celui visé d’ici 3-5 ans ?

SG : Nous ne communiquons par sur notre chiffres d’affaires. Le volume du marché à terme est de plusieurs dizaines de millions d’euros.

SBB : Comment avez-vous débuté l’aventure CHAMP’S d’un point de vue financier ?

SG : Par le financement de Bouygues télécom dans le cadre du programme Flowers.

SBB : Qui sont vos clients aujourd’hui et quel a été le premier à vous faire confiance ?

SG : En un an, CHAMP’S a diffusé 350 clubs dans 6 sports collectifs (dont le Cécifoot) et 28 championnats de haut niveau Homme comme Femme. C’est près de 40 000 téléchargements de l’application sans aucune communication. Service gratuit financé par la pub, CHAMP’S est un support publicitaire apprécié par les annonceurs car très bien perçu par les utilisateurs qui peuvent ainsi vibrer avec leurs champions. Le taux de clic sur les publicités dépasse parfois 15%. Déjà, 85 clubs ont pu recevoir des fonds issus de l’activité de CHAMP’S sur la saison dernière. Nous représentons un nouveau moyen de financer le sport en France

SBB : Justement, quel est le business model de CHAMP’S ?

SG : Le financement est assuré par la vente de publicité sur l’application avec 3 niveaux de commercialisation.

Multilocal pour les annonceurs souhaitant toucher les fans de sport avec un ciblage national, régional ou local.

Local via notre régie en ligne champs.pub pour que les acteurs locaux (commerçant, artisans, agents d’assurances, concessionnaires, agence immobilières, restaurant, Pme locales) puissent communiquer sur une cible locale. Et enfin programmatique pour le reste de l’inventaire.

SBB :  L’avez-vous fait évoluer après un an d’existence ?

SG : Non nous sommes sur le même business model, le partage de revenus pub entre nous, les clubs et les fédérations.

SBB : Etes-vous à la recherche de fonds, de partenaires, de futurs collaborateurs ?

SG : Oui nous sommes toujours à la recherche de potentiels partenaires pour accélérer notre croissance. CHAMP’S travaille sur un encrage national pour faire la démonstration du bien-fondé de son business model. Le sport est mondial et pratiqué de la même façon dans chaque pays. Le service CHAMP’S pourra aisément se développer à l’international.

SBB : Quelles sont vos principales difficultés rencontrées pour le moment dans ce projet entrepreneurial ?

SG : Convaincre les fédérations olympiques qu’elles ont très peu de temps avant le JO de Paris pour mettre en place la diffusion de leur sport sur CHAMP’S pour offrir à tous leurs nouveaux supporters le moyen de retrouver les champions français découvert lors des jeux dans leurs championnats nationaux. Nous sommes là pour les aider mais les décisions de faire doivent être prise au premier trimestre de cette année pour que tout soit mis en place pour la rentrée de septembre 2024.

A lire aussi

“Unify”, le projet de plateforme de streaming pour regarder gratuitement les matchs de l’éventuelle Super League de football

François Pesenti intègre le board de la plateforme de streaming Sportall – “S’adresser au marché des ayants droit premium”

Interview : Cyril Mejane, directeur éditorial de Skweek, nous explique comment la plateforme se prépare pour le Final Four d’Euroleague avec l’As Monaco

NBA – Les Los Angeles Clippers lancent leur nouvelle plateforme OTT “ClipperVision”

La FIFA lance sa plateforme de streaming FIFA+ avec des matchs en direct, des séries originales et des archives

100% Outdoor, un plateforme vidéo dédiée aux sports nature va voir le jour

Média – LaLiga lance sa propre plateforme OTT avec “LaLiga Pass”

Jockiz, la nouvelle plateforme Web3 pour collectionner des cartes de jockey co-fondée par Tony Parker

Droits TV – Fedcom lance la plateforme OTT “Skweek”, nouveau diffuseur de la Turkish Airlines EuroLeague

Laisser un commentaire

Tennis - Ben Shelton nouvel ambassadeur de Rolex Offre de Stage : chargé(e) d'études économiques - Centre de...
Activation - Paris 2024 - Nike dévoile sa campagne « Winning Isn't for Everyone »(Lire la suite) Business - Two Circles devient agence sponsoring exclusive de l'UEFA pour le foo féminin(Lire la suite) Sponsoring - La marque Fenty Beauty de Rihanna et LVMH Partenaire Premium de Paris 2024(Lire la suite) Interview - Bruno Censier, directeur de la marque Krys (bilan Tour de France 2024)(Lire la suite) Football - Kappa dévoile les nouveaux maillots du FC Versailles(Lire la suite) Droits TV - Un nouveau contrat à 2,2 milliards de dollars pour la WNBA ?(Lire la suite)