La NHL est officiellement en Lock-Out

La NHL a officiellement déclenché un troisième lock-out en dix-huit saisons, dimanche à minuit, à défaut d’avoir trouvé un nouveau contrat de travail avec le syndicat des joueurs. A la suite d’âpres négociations en août et septembre, les propriétaires des 30 franchises de la NHL et les membres de l’Association des joueurs de la LNH (NHLPA) n’ont pas trouvé l’accord satisfaisant les deux parties. 

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Première conséquence, les camps d’entraînement des clubs n’ouvriront pas tant qu’il n’y aura pas une entente sur une nouvelle convention collective. Les dirigeants de la NHL et de NHLPA se sont rencontrés pour la dernière fois mercredi, quand ils se sont échangé de nouvelles propositions pour le renouvellement de la convention collective. Le commissaire adjoint Bill Daly a déclaré samedi qu’aucune séance formelle de négociations n’est prévue pour le moment.

Nous avons eu un entretien [samedi] et nous avons convenu qu’il n’y avait aucune raison d’avoir une séance formelle de négociations compte tenu du fait qu’aucune des deux parties entend renoncer à sa dernière proposition”, révèle Bill Daly. “Je suis sûr que nous resterons en contact au cours des prochains jours et que nous planifierons des réunions dans la mesure où elles seront utiles ou appropriées. Nous sommes désolés d’en être là. Ce n’est pas ce que nous avions espéré ou ce à quoi on s’attendait.”

 

L’argent est bien évidemment au centre du débat. La convention collective signée en 2005 prenait fin à minuit dans la nuit de samedi à dimanche. Ayant obtenu le plafond salarial avec cette entente, les propriétaires demandent aux joueurs de faire encore plus de concessions économiques. Les joueurs reçoivent en ce moment 57% des revenus liés aux hockey et les propriétaires de franchises veulent réduire cette portion, peut-être jusqu’à 47%. Gary Bettman, commissaire de la NHL, a ainsi déclaré que le contexte économique demandait une réduction des dépenses… Pendant que les revenus annuels de cette industrie sont passés de 2,1 milliards à 3,3 milliards de dollars lors du dernier contrat se défendent les joueurs et l’association des joueurs.

A Montréal, l’absence de hockey dans la ville pourrait avoir des conséquences financières importantes pour les commerçants, restaurateurs et hôteliers, jusqu’à  20 000 $ par partie de hockey annulée, soit 10 à 30% de leur chiffre d’affaires selon canoë.ca. Les restaurateurs situés près du Centre Bell pourraient perdre jusqu’à 500 000 $ pour toute la saison ! Selon un économiste de la Banque de Montréal, en 2005, le lock-out qui a annulé la saison entière a engendré des pertes de revenus de 1,8 milliard $ uniquement au Canada.

Un peu de publicité ;-)

Commentaires

Darren Tulett et Grégoire Margotton commentateurs de PES 2013 300 000 Fans Facebook pour la Lingerie Football League