L’agence Rosbeef! accompagne LDLC Arena pour sa première campagne de communication

En amont du premier évènement organisé à la LDLC Arena ce jeudi 23 novembre avec un match d’Euroleague de l’ASVEL, OL Groupe a lancé une campagne de communication avec l’agence Rosbeef!

Pour accompagner la nouvelle salle multifonctionnelle dans la conquête de son nouveau public, l’agence a imaginé une campagne qui souligne la diversité de l’offre et donc la diversité des futurs spectateurs. Un lieu de vie à 141 millions d’euros qui devrait pouvoir accueillir entre 100 et 120 évènements par saison entre le sport (basket, hand,…) et les concerts et spectacles. 

« Le fil rouge de la campagne a été de capitaliser sur cette notion de rencontre entre 2 univers diamétralement opposés »

« La force de la LDLC Arena c’est de considérer que l’Entertainment peut autant être de la musique, du sport, de l’humour ou du catch… or les publics de LDLC ASVEL et Vitaa ne sont pas vraiment les mêmes…, ce qui nous a amené à la stratégie suivante : faire un focus sur les publics inconciliables que la LDLC Arena arrive à réconcilier à travers la diversité de ses événements » nous expliquent Laura Wawerka, Head of Entertainment et Hugo Frenay, Chef de groupe sport & lifestyle chez Rosbeef!. « Le fil rouge de la campagne a été de capitaliser sur cette notion de rencontre entre 2 univers diamétralement opposés. Le plus important pour nous a été de tirer ce fil rouge sur chaque asset créatif : radio, kit RP, affichage, social media ».

Dans une campagne déclinée en affichage extérieur, réseaux sociaux et radio, Rosbeef! montre que tous les publics peuvent se retrouver à la LDLC Arena, même ceux que tout oppose. Parmi les accroches qui débutent toutes par « BIENVENUE DANS LA SALLE QUI REUNIT », on peut lire :

  • Bienvenue dans la salle qui réunit ceux qui mettent des KO et ceux qui mettent le chaos,
  • Bienvenue dans la salle qui réunit les fans de kickboxing et les fans de beatboxing,
  • Bienvenue dans la salle qui réunit ceux qui tapent des balles et ceux qui tapent des barres,
  • Bienvenue dans la salle qui réunit les amateurs de dunk et les amateurs de punk
  • Bienvenue dans la salle qui réunit ceux qui font rire et ceux qui ne sont pas là pour rigoler
  • Bienvenue dans la salle qui réunit ceux qui ont du talent et ceux qui ont du skill

La campagne a été déployée au début du mois de novembre 2023 pour une durée de 2 semaines.

Naming – « On dit uniquement LDLC Arena, c’est pas mal, on n’oublie pas de dire LDLC ! »

Déjà partenaire-titre de l’ASVEL depuis 2018, la société high tech LDLC est le Namer de cette nouvelle Arena. Un contrat déjà connu depuis environ 2 ans puisque le contrat comprenait également la phase chantier.

« C’est toujours une réflexion longue lorsque je doit mettre mon nom sur quelque chose… j’ai du mal, pour moi c’est plus qu’une marque » nous a précisé il y a quelques semaines Laurent de la Clergerie, fondateur de LDLC (567,4 millions d’euros de chiffre d’affaires sur le dernier exercice 2022-2023). Car si vous ne le saviez pas, LDLC sont les initiales de Laurent de la Clergerie.

Pour LDLC, ce contrat de Naming signé au tout début de l’aventure de cette nouvelle salle est évidemment une bonne chose en terme de retombées et d’utilisation du nom de sa société« On dit encore souvent ASVEL lorsqu’on parle du club de basket mais on dit uniquement LDLC Arena, c’est pas mal, on n’oublie pas de dire LDLC ! » ajoute Laurent de la Clergerie. « On souhaitait accompagner un projet qui est presque national, montrer que le groupe a grandi, qu’il porte des valeurs, la salle est un vrai projet écologique… Nous sommes devenus un acteur de la région, c’est aussi l’occasion de rendre un peu, LDLC a grandi ici ».

« Le contrat de Naming est signé pour 8 ans en phase d’exploitation » ajoutait Xavier Pierrot, directeur général adjoint d’OL Groupe, lors de cette visite de chantier. « L’accord était de 10 ans car il y avait le Naming pour la phase de construction. C’est une fierté pour l’OL d’avoir trouvé un partenaire comme LDLC pour nous accompagner, il y a une histoire locale, des valeurs humaines, comme avec Groupama et Francis Thomine pour le stade, c’est également une entreprise Auvergne Rhone-Alpes. On aurait peut-être pu trouver mieux avec un géant mondial mais pour nous ça comptait d’avoir une histoire de valeurs. Nous  faisons attention à ces sujets, nous nous sommes bien trouvés et nous sommes très contents de ce partenariat avec Laurent et ses équipes ».

Financée à 100% par OL Groupe, la salle pourrait bien être cédée par le président de l’Olympique Lyonnais John Textor qui souhaite soulager les caisses de l’OL.

A lire aussi

Tony Parker et Xavier Pierrot nous font visiter le chantier de la LDLC Arena « un projet à 141 millions d’euros »

Ticketing – Le prix des billets pour le premier match de l’ASVEL à la LDLC ARENA contre le Bayern Munich en Euroleague

Tony Parker – LDLC ASVEL : « Si on rachète la LDLC Arena, il faut que ce soit un business qui tourne »

Laisser un commentaire

Offre de Stage : Assistant(e) chef de projet - Fédération Française... Le Paris Saint-Germain dévoile son pull de Noël "XMAS AIRWAYS"...
Interview - Interview "Entreprendre dans le sport" : Alban Richard, CEO de Genezys(Lire la suite) Tennis - Roland-Garros 2024 installe des caméras sur les arbitres de chaise ("refcam")(Lire la suite) Tennis - Une tenue Nike inspirée de Majorque pour Rafael Nadal à Roland-Garros(Lire la suite) Tennis - adidas mise sur le jaune et noir pour Roland-Garros 2024(Lire la suite) Tennis - Une société ukrainienne devient sponsor de Gaël Monfils(Lire la suite) Offre Alternance - Assistant chargé de communication (h/f) - Fédération française de handball(Lire la suite)