Bruno Le Maire : « Je vous fixe comme objectif d’atteindre les 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour la filière sport en 2030 »

Ce matin, Bercy accueillait les rencontres de l’économie du sport en présence de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique et d’Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques ou encore Franck Riester, ministre délégué auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité, de la Francophonie et des Français de l’étranger.

A cette occasion, ces 3 ministres ont signé la nouvelle feuille de route de la filière sport qu’ils présideront toujours. La vice-présidence exécutive rest confiée à Olivier Ginon, PDG de GL Events, en charge de l’animation opérationnelle de la Filière.

La vice-présidence attractivité et rayonnement sera assurée par Sarah Ourahmoume, vice-présidente de la fédération française de boxe, vice-championne Olympique et championne du monde de boxe, chargée de la communication des travaux de la Filière auprès des médias et du grand public.

« Je veux que vous multipliiez par 3 les levées de fonds de 600 millions d’euros à 1,8 milliard d’euros d’ici 2030 »

« Au total, c’est 71 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour la seule économie du sport » rappelle Bruno Le Maire. « Je vous fixe comme objectif d’atteindre les 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour la filière sport en 2030. Vous avez des startups exceptionnelles, Sorare en est un bon exemple. Je veux que vous multipliiez par 3 les levées de fonds de 600 millions d’euros à 1,8 milliard d’euros d’ici 2030, et que nous fassions émerger deux licornes supplémentaires dans le secteur du sport ».

Les Jeux olympiques et paralympiques sont l’occasion de valoriser l’importance de cet écosystème et de refondre son organisation institutionnelle. Instaurée en 2016, la Filière Sport compte environ 600 membres, entreprises, acteurs du mouvement sportif et acteurs publics. Afin de lui donner une nouvelle dynamique et consolider ce large écosystème, un contrat de filière rénové a été signé par les ministres.

Cette filière permettra de favoriser les stratégies partenariales entre les acteurs du secteur et proposer
une plateforme de dialogue public-privé.

Sa nouvelle feuille de route 2024-2026 s’articule ainsi autour de cinq axes alignés avec les priorités du Gouvernement : décarbonation, réindustrialisation, développement de la pratique pour tous, sport santé ainsi que soutien à l’innovation, aux métiers du sport et à l’internationalisation.

L’axe « développement d’une pratique durable » a pour objet de fixer des objectifs RSE ambitieux. Il s’agira de faire émerger des actions en faveur du sport-santé et de développer de nouvelles offres à destination des publics éloignés pour répondre aux enjeux d’inclusion et d’acceptabilité environnementale.

L’axe « accompagnement à la consolidation des modèles économiques du sport » vise à promouvoir le « Fabriqué en France », faire de la numérisation un accélérateur de croissance, professionnaliser le mouvement sportif et d’engager une réflexion sur les modes de financement innovants.

L’axe « innovation et accompagnement de la sport tech et de l’esport » ambitionne de dynamiser la Filière en favorisant l’émergence et le développement d’entreprises innovantes du sport et de l’esport.

L’axe « internationalisation » vise à promouvoir les acteurs à l’international, notamment les entreprises du « Fabriqué en France » avec le concours de Business France en ciblant notamment les pays organisateurs de grands événements sportifs dans les prochaines années.

L’axe « formation » a pour objectif de répondre aux besoins de la Filière en termes de main-d’œuvre, avec l’élaboration d’un catalogue de formations et la réalisation d’actions de promotion des métiers de l’économie du sport à destination de la jeunesse, tels que ceux relevant du tourisme sportif à l’occasion de la Semaine des métiers du tourisme et ceux de l’industrie lors de la Semaine de l’industrie, organisées par la Direction générale des Entreprises.

Des groupes de travail composés d’acteurs publics, d’opérateurs et d’entreprises de la filière seront constitués pour mener à bien chacune des 30 actions associées à des indicateurs de performance et des livrables clairement définis.

A relire

Thierry Braillard confirme la création d’une filière de l’économie du sport

Les chiffres clés de la 3ème étude sur l’économie de la filière sport en France  (janvier 2023 – Observatoire BPCE)

Accélérateur, aides financières… le plan d’action du gouvernement français pour les startups du sport d’ici 2028

Emmanuel Macron et Patrick Kanner lancent la filière Sport consacré aux équipements et événements sportifs

Droits TV Ligue 1 : L’Autorité de la concurrence invite le Gouvernement à une réflexion plus globale sur l’allongement à 5 ans

Laisser un commentaire

La Compagnie des Alpes va racheter UrbanSoccer et UrbanPadel adidas, Nike et Puma au rendez-vous des 1/4 de finale de l'UEFA...
Tennis - Stan Wawrinka actionnaire minoritaire des montres Norqain(Lire la suite) Activation - Roland-Garros : Renault s'offre Casper Ruud et un chanteur français pour sa publicité(Lire la suite) Tennis - Qui sont les 22 sponsors de Roland-Garros 2024 ?(Lire la suite) Babolat célèbre ses 30 ans de raquettes, on en parle avec Eric Babolat(Lire la suite) Un sponsor du CIO associé au reveal des podiums de Paris 2024(Lire la suite) Tennis - Stan Wawrinka "très enthousiaste à l'idée de m'associer à Bitpanda"(Lire la suite)