Interview : Romain Lauvergnat, Fondateur de StadiumGO, plateforme de covoiturage dédiée aux événements sportifs

 

Découvrez « Entreprendre dans le sport »,
notre nouvelle rubrique consacrée
aux jeunes entreprises et porteurs de projets
dans le secteur qui nous passionne

 

Face à l’urgence climatique, de nombreuses sociétés misent sur des services visant à modifier nos comportements du quotidien pour le bien de la planète.

En France, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé l’été dernier la préparation d’un plan de sobriété énergétique visant à réduire de 10% la consommation d’énergie d’ici 2024 et de 40% à horizon 2050.

Parmi les bonnes pratiques, le covoiturage figure évidemment dans la catégorie des bons élèves et des usages à privilégier. Un mode de transport qui doit encore trouver sa place dans l’univers du sport spectacle, alors que les déplacements de spectateurs représentent la très grande majorité du bilan carbone d’un événement.

C’est notamment face à ce constat que la société française StadiumGO est née.

Pour en savoir plus sur cette plateforme de covoiturage spécifique (www.stadiumgo.fr), nous avons posé quelques questions à Romain Lauvergnat, Fondateur de la société.

Sport Buzz Business : Pouvez-vous nous présenter StadiumGO ?

Romain Lauvergnat  : StadiumGO, c’est la plateforme de covoiturage dédiée aux événements sportifs qui permet de répondre à trois besoins que l’on a identifiés.

Le premier, c’est de réduire l’empreinte carbone des déplacements de spectateurs qui représentent aujourd’hui encore près de 80% du bilan carbone total d’un événement.

Ensuite, le covoiturage permet naturellement d’améliorer l’accessibilité et faciliter le stationnement proche des stades et des salles en réduisant le nombre de véhicules.

Enfin, grâce à la mise en relation entre passionnés, StadiumGO vient enrichir la fan expérience. L’idée est de permettre à nos utilisateurs de partager un trajet convivial pour se rendre à tous types d’événements sportifs en partageant les frais du déplacement.

SBB : Qui se cache derrière StadiumGO ? Combien êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

RL : Chez StadiumGO, c’est une équipe de 3 personnes qui fait rouler l’entreprise au quotidien. Je suis le fondateur à l’origine du projet StadiumGO avec un parcours essentiellement en startups autour de la tech et du produit.

Olivier, associé et co-fondateur avec un gros background commercial, notamment au sein du groupe SO PRESS, qui gère le développement commercial et les partenariats.

Gabrielle, étudiante de la filière STAPS actuellement en master SMMS en charge de la communication, du marketing et de la relation partenaires chez StadiumGO. Une belle équipe complémentaire qui nous permet d’avancer sereinement à la conquête de nos objectifs et qui devrait s’agrandir prochainement.

« Réduire l’empreinte carbone des déplacements de spectateurs »

SBB : Quel est le point de départ, le constat de cette création ?

RL : Le point de départ de StadiumGO, c’est une expérience de supporter passionné qui se balade de stade en stade le weekend pour vivre de nouvelles émotions. Voyager seul ou partager un trajet avec des gens qui ne partagent pas les mêmes centres d’intérêt, ce n’est pas toujours évident.. c’est lors d’un ces trajets qu’une idée simple est venue : partager son trajet avec d’autres passionnés pour vivre le sport autrement.

L’idée originale était de prolonger la fan expérience grâce à la création de liens avant et après le match entre des passionnés. En créant la première version de ce qu’est aujourd’hui StadiumGO, on s’est nous mêmes éduqués sur l’impact écologique de tous ces déplacements et c’est comme ça que la mission de StadiumGO qui nous anime désormais est née : réduire l’empreinte carbone des déplacements de spectateurs.

SBB : Quel est le business model de StadiumGO ? Comment gagnez-vous de l’argent ?

RL : StadiumGO dispose désormais de deux offres avec chacune son business model. La première, une plateforme grand public sur laquelle sont listés de nombreux événements sportifs (Football, Basket, Handball, Volley, Hockey sur Glace..) vers lesquels nos utilisateurs peuvent organiser leurs covoiturages entre passionnés. Chaque réservation engendre des frais de réservation de 13% qui sont payés par le passager.

La deuxième, c’est la création de plateformes de covoiturages dédiées en marque blanche comme c’est le cas pour l’AS Saint-Etienne, le Toulouse FC ou encore le RC Toulon que l’on accompagne. En intégrant un service de covoiturage sur-mesure, aux couleurs de l’organisateur et qui vient se greffer à l’écosystème déjà existant, on simplifie l’adhésion du public. Cette offre repose sur une licence annuelle payée par l’organisateur.

SBB : Quel chiffre d’affaires prévoyez-vous à 3-5 ans ?

RL : Au delà d’un chiffre arbitraire, c’est surtout une vision que l’on développe au quotidien et qui repose sur deux piliers essentiels de notre développement :

● Étendre l’activité à de nouveaux secteurs culturels, comme les concerts, festivals et autres lieux de loisirs chez qui le besoin mobilité existe bel et bien
● Séduire les acteurs du sport international, que ça soit à travers les clubs où les grands événements, ce que l’on a déjà commencé puisque l’on discute déjà avec de nombreux clubs européens.

SBB : Quelle stratégie de communication mettez-vous en place pour développer la notoriété de StadiumGO, faire de l’acquisition et recruter des utilisateurs ? Les clubs jouent-ils le jeu comme vous le souhaitez ?

RL : La communication de StadiumGO s’articule autour de plusieurs axes parce qu’on est convaincus que c’est la répétition du message qui fonctionnera pour modifier les habitudes.

Le premier niveau, c’est de développer des partenariats avec les Ligues, Fédérations et Clubs qui eux-même vont communiquer à leurs propres écosystèmes, nous permettant ainsi de développer notre notoriété globale et de toucher un grand nombre de spectateurs potentiels. Grâce à ces partenariats, nous pouvons tester différents types d’activations et jauger leur efficacité (leds bord terrain, écran géant, réseaux sociaux, newsletter, programme de match..).

Côté StadiumGO, on est très actifs sur les différentes réseaux sociaux (Instagram, Twitter, LinkedIn et Tiktok plus récemment) grâce auxquels on active une belle communauté qui répond toujours présentes. À travers une multitude de contenus divers, on promeut une mobilité plus responsable à travers une expérience spectateur plus qualitative grâce à la mise en relation entre passionnés.

Dernier point qui fonctionne très bien, c’est la mise en place d’un programme de rewarding sur lequel on communique beaucoup, pour inciter et fidéliser nos utilisateurs. Par exemple, pour tout covoiturage validé avec 2 passagers à bord, l’Olympique Lyonnais offre 1 place de parking au pied du stade, comme le font de nombreux autres clubs partenaires.

« La principale difficulté d’un projet comme StadiumGO, c’est qu’on cherche à modifier une habitude, en l’occurrence celle de se déplacer en voiture individuelle seul »


SBB : Etes-vous à la recherche de fonds, de partenaires, de futurs collaborateurs ?

RL : En bon entrepreneur, on est toujours à la recherche de ce qui peut participer au développement du projet et nous permettre d’aller toujours plus loin, à la conquête de nos objectifs ! On se fera un plaisir d’échanger avec toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans nos valeurs et qui, comme nous, croient en un sport plus responsable !

SBB : Quels sont vos principales difficultés rencontrées pour le moment dans ce projet entrepreneurial ?

RL : La principale difficulté d’un projet comme StadiumGO, c’est qu’on cherche à modifier une habitude, en l’occurrence celle de se déplacer en voiture individuelle seul. C’est un gros challenge qui mérite une remise en question au quotidien pour essayer, découvrir et trouver des solutions qui permettent de maximiser l’adhésion du public. En parallèle de ça, on estime humblement avoir un rôle d’éducation sur les thématiques environnementales auxquelles l’ensemble des spectateurs n’est pas encore familier.

SBB : Quels seront les principaux chantiers 2023 de StadiumGO ?

RL : Le principal chantier, c’est de continuer sur la belle lancée de l’année 2022 en accompagnant un maximum d’organisateurs sportifs et culturels dans une démarche d’engagements responsables en incluant leurs spectateurs, leurs partenaires et l’ensemble des parties prenantes.

C’est d’ailleurs ce qu’on fait puisqu’on a déjà annoncé de belles choses en ce début d’année, et il se pourrait qu’on annonce des grosses collaborations dans les prochaines semaines. À suivre..

 

CONTACT : romain [@] stadiumgo.fr

 


Vous souhaitez mettre en avant votre jeune société, parler de votre futur projet entrepreneurial dans notre nouvelle rubrique « entreprendre dans le sport » ?
Contactez-nous à infos@sportbuzzbusiness.fr


 

A lire aussi

 

Interview : Bastien Lachambre, co-fondateur d’EXO, site de réservation de séances de sport sans engagement à Paris

Interview : Antoine Wouters, co-fondateur de Bounce, startup qui rend le tennis et le padel eco-responsables en multipliant la durée de vie des balles

Interview : Mendel Delhomme, Fondateur de « Moneytime »

Interview : Louis Le Neve, co-fondateur de « Le Bon Maillot »

Interview : Paul Adrien Dufour, Fondateur de « Culture Sports »

Interview : Olivier Rousseau, Fondateur de Flycup

Interview : Ahmed Hakkoum, co-fondateur de FAN4ALL, plateforme d’expériences dédiée aux fans de foot

 

Laisser un commentaire

Les publicités du Super Bowl 2023 ! NFL - Quand Deezer surfe sur le concert du Super Bowl 2023 (sponso...
Business - Alliance stratégique entre ScorePlay et Samba Digital(Lire la suite) Offre Emploi - Social Creative Brands & Video Producer - Sportfive(Lire la suite) Lifestyle - Nike et Jacquemus dévoilent un sac virgule vendu au prix de...(Lire la suite) Football - Exit Nike, un nouvel équipementier pour le RB Leipzig(Lire la suite) Business - adidas prolonge avec Noah Lyles, un contrat record en athlétisme depuis Usain Bolt(Lire la suite) Branding - Le Groupe Le Five change de nom et devient "Players"(Lire la suite)