Interview : Saber Desfarges, journaliste TF1 – « Pour l’Euro 2024, j’aurai presque pu demander une chambre à la FFF, ça aurait été tellement plus simple ! »

crédit : Sport Buzz Business

Pendant l’UEFA Euro 2024 organisé cet été en Allemagne, le journaliste de TF1 Saber Desfarges va suivre l’Equipe de France tout au long de la compétition, comme lors de la Coupe du Monde 2022 au Qatar.

Le natif de Clermont ne peut pas s’empêcher de sourire. À 34 ans, il le dit lui-même, « C’est que du kiffe » et ça le sera encore pendant cet Euro. Installé comme « l’homme des Bleus » depuis son arrivée à TF1, Saber Desfarges exerce un métier passion et ça se ressent. Pour son 3ème Euro, il sera au bord de la pelouse lors des matchs de l’Equipe de France, fera partie du « Mag de l’Euro » animé par Denis Brogniart et suivra les hommes de Deschamps au quotidien.

Lors de la présentation du dispositif de la chaîne organisée lundi dans la Tour TF1, nous lui avons posé quelques questions.

« Ca va être assez dense, mais c’est un kiffe ! »

Sport Buzz Business : Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Saber Desfarges : J’ai commencé en PQR (presse quotidienne régionale) à La Montagne. Je viens de Clermont-Ferrand, mes parents sont toujours là-bas, ils sont d’ailleurs abonnés du Clermont Foot 63 au stade Gabriel-Montpied.

Ensuite, j’ai fait un stage à BFMTV.com, ça s’est bien passé, je suis resté à BFM et j’ai signé mon premier CDI. Ensuite, j’ai intégré RMC Sport pour notamment suivre l’Equipe de France et le Paris Saint-Germain. Il y a eu l’Euro 2016 et les JO que j’ai eu la chance de couvrir, mais le pic, c’était le Mondial 2018 !

Je suis parti de RMC parce qu’on m’a proposé quelque chose « plus qu’alléchant » à Téléfoot et Mediapro… ça ne s’est pas passé comme prévu… Après 4 mois, licenciement économique. J’ai fait une pige à M6 pendant l’Euro 2021 où j’étais un peu « l’homme des Bleus ». J’ai bossé à Prime Video, j’ai aussi travaillé à L’Équipe du Soir avant que TF1 ne vienne toquer à ma porte en septembre 2022. J’ai rejoint l’équipe 1 mois et demi après et 3 semaines plus tard, on était à Doha !

SBB : Vous vivez une belle évolution à TF1…

S. D : Dans un premier temps, et c’est ce qui est assez drôle, on m’avait proposé un poste pour l’émission Téléfoot, c’était du reportage, avoir des idées, avoir la possibilité de caler un certain nombre de joueurs et de personnages importants du monde du foot grâce à mon carnet d’adresses aussi…

Une fois que j’ai accepté cette proposition, j’ai ma première visite ici à TF1 et Julien Millereux (directeur des sports du groupe TF1) avec Marc Ambrosiano, rédacteur en chef de Téléfoot, et Frédric Callange, alors suiveur de l’équipe de France (devenu depuis directeur de la rédaction), me convoquent et me disent « J’espère que le tour s’est bien passé, on aimerait te confier une mission supplémentaire : c’est de t’occuper de l’équipe de France », « D’accord, quand ? », « Maintenant ! », « D’accord, laissez moi réfléchir ». J’ai sorti mon téléphone et j’ai dit « Ok, c’est oui ! » (rires). Voilà comment ça s’est passé exactement. Pendant 1 mois, j’ai eu l’occasion de faire Téléfoot, de préparer les Bleus, et derrière, on est parti à Doha !

SBB : Vous préférez faire des interviews ou suivre les Bleus au bord du terrain ?

S. D : Les deux ! C’est complémentaire, il y a l’Equipe de France avec le bord terrain et commentaires avec Grégoire (Margotton) et Bixente (Lizarazu) et les interviews autour qui servent aussi bien lors du direct ou pour l’émission Téléfoot. Les deux sont assez similaires, l’un ne va pas sans l’autre, et c’est complémentaire.

https://twitter.com/TF1/status/1772746954008584626

« Les nouveaux maillots ? Certains disent que le bleu est mieux que le blanc, moi, je fais partie de la team blanc »

SBB : Pendant cet Euro 2024, beaucoup de travail en perspective donc.

S. D : Ça va être chargé, comme lors de la Coupe du Monde 2022. On va être au plus près de Bleus, j’aurai presque pu demander une chambre à la FFF, ça aurait été tellement plus simple ! Je vais rester aux alentours, j’aurai la chance de faire grosso modo 2 interviews par jour avec les Bleus. Il y aura évidemment un sujet à sortir, un duplex aussi pour « Le Mag » avec Denis et, bien sûr, les différents matchs à couvrir donc ça va être assez dense, mais c’est un kiffe ! On parle de foot, on suit l’une des meilleures générations de l’équipe de France qui sort d’un énorme mondial, qui est habité par l’idée de faire quelque chose de grand pendant l’Euro 2024… Tu peux faire X heures, bosser, je ne sais pas combien de temps pendant cette compétition-là, moi mon kiffe absolu, c’est de rester jusqu’au bout ! Ça voudrait dire que l’Équipe de France est en finale.

SBB : Un mot sur les nouveaux maillots des Bleus ?

S. D : On a fait un shooting avec tout à l’heure. Moi, j’aime bien ! Je préfère le blanc ! Ça fait débat, on en a parlé avec les uns et les autres, Youri, Denis, Grégoire et Bixente… Certains disent que le bleu est mieux que le blanc, moi, je fais partie de la team blanc. Avec les petites rayures verticales, je trouve qu’il a quelque chose. Je trouve qu’il est sympa, mais je trouve qu’il se rapproche plus de celui du XV de France. Le coq est plus grand, mais ça, on s’y habitue. Pour avoir vu les joueurs en début de rassemblement, quand ils ont essayé le maillot tous ensemble pour la première fois, certains avaient déjà fait des photos dont Kylian Mbappé au mois de novembre, la plupart était plutôt content du maillot. Je n’ai pas entendu un joueur dire « il est moins beau que le précédent ».

SBB : Et vous, quel est votre maillot préféré de l’Equipe de France ?

S. D : Forcément, j’ai une attache particulière à celui de 2018, je ne sais pas si c’était le plus beau, mais c’est le plus symbolique pour moi. Mais celui juste avant était aussi très très beau, notamment avec le flocage doré et ce bleu nuit, je trouvais qu’il était particulièrement classe !

SBB : Est-ce qu’il y a un souvenir d’Euro qui vous a particulièrement marqué ?

S. D : Le premier souvenir qui me vient à l’esprit, c’est l’Euro 2016, la finale. Dans un stade de France qui aurait du être à fond derrière l’équipe de France, mais qui était en grande partie pour le Portugal. Je me rappelle de ce match là parce que ça a été la première finale que j’ai eue la chance de suivre et de couvrir, à l’époque pour RMC Sport et BFM TV. Malheureusement, ce n’était pas une finale heureuse, mais un événement comme celui-ci, le suivre, avoir la possibilité de voir l’équipe de France d’aller jusqu’en finale en France, c’était quelque chose de grand, même s’il a manqué quelque chose. Mais n’allez pas croire pour autant que je suis le chat noir ! Parce que j’y étais en 2018 et ils ont gagné ! Il y en a certains qui pensent que je suis le chat noir, pas du tout ! (rires).

« Les JO, l’Euro 2024… Il faut en profiter ! »

SBB : Qu’est-ce qu’on met dans sa valise pour partir en Allemagne pour cet Euro ?

S. D : On prend au moins 3 costumes, on prend un maillot aussi…

SBB : De bain ?

S. D : Ah non ! Moi, je n’ai pas eu le temps de faire ça malheureusement en 2022. Mon train-train au mondial, c’était très simple : hôtel, camp de base, stade. Je n’ai rien vu de Doha ! Et je pense qu’en Allemagne ça sera la même chose ! Certains auront peut-être la chance de faire des allers-retours entre Paris et Paderborn, ou ailleurs. Moi, je ne pense pas. Je vais surtout rester au camp de base donc en réalité, on prend des affaires, une tenue de sport, histoire de décharger tout ça quand j’aurai une heure et demie devant moi, mais pas plus que ça. Et un maillot du Clermont Foot ! Je l’ai pris à Doha et je le prendrai aussi cet été (rires).

SBB : L’été s’annonce chargé pour les passionnés de sport avec les classiques Roland Garros et Tour de France et des évènements ponctuels comme l’Euro 2024 et les JO de Paris 2024…

S. D : Il faut en profiter ! Ce sont des événements exceptionnels à suivre, qui sont chez nous ou à nos portes. Il y aura aussi un afflux très important de supporters du monde entier, il y aura aussi beaucoup de français, quasiment 10 000 vont faire le déplacement en Allemagne pour suivre l’équipe de France. Ce sont des moments qu’on n’aura certainement pas la chance de vivre deux fois dans une carrière ou dans une vie, donc il faut en profiter et kiffer pleinement !

 

À lire aussi

Nike dévoile les nouveaux maillots de l’Equipe de France de football pour l’UEFA Euro 2024

Interview : Thomas Mekhiche, présentateur de Téléfoot (TF1) pendant la Coupe du Monde de football Qatar 2022

Droits TV – UEFA Euro 2024 : La finale en clair pour M6, la majorité des matchs de l’Equipe de France sur TF1

Interview : Benoît Lallement, responsable sport au Parisien – “Les JO à Paris, on ne mesure pas ! Ça va être l’aventure d’une vie”

Interview : Gilbert Brisbois (RMC) – La diversification de la marque “After Foot”

Interview – Kappa dévoile le maillot de l’US Rungis qui rend hommage aux marchands de la ville

Paris 2024 : « C’est l’événement d’une vie pour un journaliste » – Olivier Canton (Eurosport)

Interview – Paris 2024 : Tout savoir sur les affiches officielles des Jeux Olympiques et Paralympiques en mode “Où est Charlie ?” dessinées par Ugo Gattoni

Interview : Alexis Danjon, journaliste L’Equipe (Tout savoir sur “Le sport en 2050, le jeu dont vous êtes le héros”)

Interview – Philippe Bana, président de la Fédération Française de Handball : “On a besoin d’avoir un marketing à la hauteur de nos résultats sportifs”

Laisser un commentaire

Basketball - Nike tease l'éventuel nouveau logo signature "Alien"... Offre Emploi : Chef-fe de projet équipementier junior - act...
Tennis - Stan Wawrinka actionnaire minoritaire des montres Norqain(Lire la suite) Activation - Roland-Garros : Renault s'offre Casper Ruud et un chanteur français pour sa publicité(Lire la suite) Tennis - Qui sont les 22 sponsors de Roland-Garros 2024 ?(Lire la suite) Babolat célèbre ses 30 ans de raquettes, on en parle avec Eric Babolat(Lire la suite) Un sponsor du CIO associé au reveal des podiums de Paris 2024(Lire la suite) Tennis - Stan Wawrinka "très enthousiaste à l'idée de m'associer à Bitpanda"(Lire la suite)